L’emprunt immobilier, un passage obligatoire afin de pouvoir acquérir sa maison. Ce qui en fait une potentielle source de stress. En effet, ne pas pouvoir en obtenir un peut être synonyme de ne pas arriver à atteindre ce véritable rêve qu’est la possession de son propre domicile. Et de là la légitime question : que se passera-t-il si le banquier refuse ? Par chance l’obtention d’un tel crédit est bien souvent possible. Un crédit qui, par ailleurs, engage sur une longue période, d’une part, et pour un coût souvent important. Il peut donc être intéressant d’arriver à faire baisser ce coût. Voici, donc, quelques conseils à cet effet. 

Il est essentiel de négocier son emprunt

Ne perdez jamais de vue qu’un organisme d’emprunt est, avant tout, une entreprise qui cherche à faire des profits et qui est soumise à la concurrence des autres établissements de crédit. Il est ainsi possible de négocier avec son interlocuteur pour tenter de faire baisser le taux d’intérêt. Et pour cela rien de tel que de faire jouer la concurrence : en trouvant une proposition concurrentielle vous détenez un véritable argument de négociation. Et, au pire, vous aurez toujours trouvé une proposition plus intéressante. N’oubliez pas, non plus, dans cette même perspective que vous n’êtes pas lié à votre établissement bancaire habituel, vous êtes en droit de souscrire votre emprunt immobilier auprès d’un autre établissement.

Ne pas oublier l’assurance emprunteur

Nous n’avons pas pour but de vous présenter un guide de l’assurance de prêt, mais c’est un aspect qui ne doit pas être ignoré car il vient gonfler les montants des échéances de remboursement. Cette assurance a avant tout pour but de protéger le prêteur contre des risques pouvant empêcher l’emprunteur de rembourser son emprunt. Comme pour l’emprunt, il vous est totalement possible de choisir quelle assurance vous souhaitez prendre. Vous n’êtes pas obligé d’opter pour celle qui vous est proposée par défaut.